Adeline Dieudonné, « La vraie vie » comme un soleil noir

« A la maison, il y avait quatre chambres. La mienne, celle de mon petit frère Gilles, celle de mes parents, et celle des cadavres. » 

Dès les premiers mots, Adeline Dieudonné nous happeavec cette ouverture aussi intrigante qu’effrayante. La couverture du roman ne fait que confirmer le côté dérangeant avec cet oeil de félin qui nous observe. 

La langue est brute , sans concession. Maîtrisée.

Très vite on cerne le paysage familial peu glorieux : une mère effacée et molle qu’elle compare à une amibe, un père violent dont les passions, en dehors de frapper sa femme, sont la chasse, le whisky et la télévision.  Et il y a Gilles le petit frère, blotti dans les jupes de sa soeur qui s’en occupe comme une mère jusqu’à ce qu’un accident vienne chambouler le quotidien de Gilles et sa soeur.  

Équilibre précaire ébranlé.

Traumatisé et sans secours réconfortant du monde adulte, ils devront gérer l’après à leur manière. Pour Gilles c’est là que commence la descente aux enfers. Enfermé sur lui-même il va sombrer dans le mutisme, passer son temps dans la chambre des cadavres au pieds de la tête de hyène empaillée, et commencer à torturer des animaux. Et au fil des pages, au contraire, la narratrice n’aura de cesse d’essayer de lui enlever ces idées noires de la tête et de lui redonner le sourire.

On n’est pas au bord de la vie à regarder les personnages de loin. Non, Adeline Dieudonné nous pousse au plus près de l’histoire, ne nous épargne aucune violence. L’écriture rape et nous écorche la peau, mais elle ne nous abandonne jamais, ne nous laisse pas à vif. Derrière la blessure, il y a la lumière au loin.

La narratrice est une jeune fille de 10 ans au début du roman mais l’écriture d’Adeline Dieudonné lui donne très vite un manteau d’adulte. Dans une langue simple mais extrêmement précise, Adeline Dieudonné donne le rythme du roman. Au fur et à mesure que les choses se compliquent, s’aggravent, son écriture s’accélère et transpire la violence à venir. Elle nous fait courir, avec son héroïne, retenant notre souffle au fond de la forêt sombre, pleurant avec elle, souffrant avec elle. Et la bête qu’elle découvre grandit en nous aussi par empathie.

« La vraie vie » c’est une histoire de bête qui gronde, qui grouille, ou qui enivre. Ces montres contradictoires qui nous habitent. Ces recoins perdus que la vie nous fait parfois explorer. « La vraie vie » détaille la face sombre de l’homme transformé en animal, de ce qu’il reste de plus laid, de plus vil. Le roman est une course effrénée pour arriver à la scène finale qui nous laisse essoufflés et sans voix. Cette scène finale où les a(r)mes se réveillent pour s’unir dans un tourbillon salvateur.

Porté par une narratrice à la force incroyable et à la détermination sans faille , le roman est à la fois très sombre et lumineux : un peu comme la vraie vie.

Remuer les monstres. Avoir peur. S’écorcher la vie. Mais trouver l’équilibre avec la bête intérieure qui nous donne cette énergie folle d’affirmation, de vie, d’envie.

Adeline Dieudonné est déjà lauréate de plusieurs prix dont notamment le Prix du Roman FNAC. Merci aux éditions L’Iconoclaste et à l’agence Anne et Arnaud de m’avoir fait découvrir ce formidable coup de coeur.

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. titine75 dit :

    Je suis entièrement d’accord avec toi sur ce roman qui m’a également fait forte impression. J’ai beaucoup aimé l’idée de la machine à remonter le temps qui lui donne accès aux sciences et à Marie Curie. C’est une très jolie trouvaille qui permet d’alléger le sombre quotidien de la jeune narratrice et de nous faire entrevoir un peu de lumière.

    J'aime

Répondre à titine75 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s